Riz blanc VS Riz complet

Denrée alimentaire principale d’une grande partie de la population mondiale, le riz est sans doute, en termes de volume de consommation, la première céréale au monde. Dans certains pays, principalement sur le continent asiatique, le riz constitue l’aliment culinaire de base. Il faut toutefois noter que dans le domaine culinaire, il existe un nombre incalculable de recettes ayant le riz comme base.

Cependant, avec l’amélioration de la technologie, le perfectionnement du matériel et les millions de dollars dépensés dans l’industrie culinaire, le mode de pensée des consommateurs change. De ce fait, la qualité des ingrédients de base en cuisine devient un véritable enjeu économique et social. Le riz n’en est point épargné, et, de ce fait, le riz blanc, forme la plus commune et la plus consommée, laisse peu à peu place au riz complet. Mais qu’en est-il réellement ?

 

Le riz : un peu de culture

L’être humain et le riz, c’est 10.000 ans d’histoire. Un premier développement en Asie et de nombreux voyages en Grèce, en France et dans d’autre contrées a entrainé son hybridation et, de ce fait, l’apparition des milliers de variété qui existent aujourd’hui. Rien que dans le catalogue européen, on en compte plus de 360 variétés, dont 118 en France. Mais sur la planète on parle de plus de 2.000 variétés.

La culture du riz est de type pluviale : pas d’inondation dans les champs. Les plus grandes rizières sont sur le continent Asiatique, principalement en Chine et en Inde qui, à eux seuls, constituent plus de la moitié de la production mondiale. Cependant, le riz est une céréale capricieuse : le climat nécessaire à sa culture est particulier, ce qui réduit les zones cultivables. En effet, une grosse consommation d’eau est indispensable, ainsi qu’un bon niveau d’humidité.

 

Du riz au riz complet : tout est dans le grain

Avant toute chose, il convient de faire une grosse précision : le riz complet n’est pas une variété de riz. En effet, comprendre l’origine du riz complet revient juste à étudier la structure du grain de riz, pas son trajet historique.

Un grain de riz, tiré de sa plante, comporte cinq (05) couches : une couche protectrice (glumelle), le caryopse, l’enveloppe externe (péricarpe), le germe et l’albumen (endosperme). Quant au riz complet, c’est juste un grain de riz ayant été décortiqué, c’est-à-dire dont on a juste retiré la glumelle. Le riz blanc ne constitue que la dernière couche : c’est un grain de riz dépourvu des quatre premières couche.

Ce système est applicable pour la plupart des céréales comme le blé, le sésame et même les amandes.

 

Riz complet : quelles implications ?

L’équation est simple : moins de couches retirées donc plus de nutriments conservés. En effet, le caryopse, qui donne sa couleur caractéristique au riz complet, ainsi que le germe sont très riches en éléments nutritifs. Malheureusement, dans le riz blanc, ces éléments sont retirés. Et, en règle générale, plus le riz est blanc, moins il est nutritif.

Cependant, la saveur de l’aliment change. La saveur du riz complet est plus accentuée, ceci à cause du son qu’il contient toujours. Il est aussi plus difficile à mâcher, mais rassasie beaucoup plus vite. Côté riz blanc, la saveur et plus douce ; ce qui a favorisé la véritable expansion internationale dont ce type de riz a bénéficié.

 

Quelques données scientifiques :

En termes de composition, et ceci pour des raisons évidentes, il est clair que le riz complet est largement plus intéressant que le riz blanc.

Un des éléments les plus marquants qui différencie ces deux « formes » de riz est la teneur en fibres. En effet, le riz blanc contient moins d’un gramme (<1,1g) par 100 grammes de fibres., tandis que le riz complet passe la barre des trois grammes (3,3g/100g). Pourquoi cette précision ? Les fibres sont très importantes dans l’amélioration du transit digestif. Elles agissent au niveau du grêle, en améliorant le péristaltisme, et humidifient les selles, ce qui les rend plus molles. Une action bactérienne leur est aussi attribuée. En résumé, cette meilleure teneur en fibres est un excellent argument biologique en faveur du riz complet.

Autres points essentiels qui différencient le riz blanc du riz complet : on trouve trois fois plus de magnésium (49,6mg contre 11,4mg), trois fois plus de phosphore (117mg contre 38mg), deux fois plus de potassium (51,3mg contre 29,9mg) et deux fois plus de calcium (19,8 mg contre 8,17mg) dans le riz complet, en comparaison au riz blanc. De plus, si nous prenons en compte les vitamines, bien que chacune de ses formes de riz en contiennent, le riz complet a deux fois plus de vitamine B9 que son homologue blanc (12µg contre 5,33µg). A quoi sert la vitamine B9 ? Rôles variés : fonctionnement du système nerveux, production d’ADN, formation du système nerveux du fœtus chez les femmes enceintes, et bien plus encore.

 

Riz complet : où s’en procurer ?

On en trouve partout : que ce soit en ligne ou dans les boutiques physiques, dans la plupart des grandes villes. Il est plus facile d’en trouver dans les magasins « 100% Bio », du fait de leur politique nutritionnelle.

Bien sûr, toutes les grandes enseignes en proposent. Chez CDiscount, il est possible de se procurer 500 grammes de riz complet à partir de 2€. Auchan propose des sacs de 1€63 pour les 500grammes, mais reste autour de la moyenne de 2€. Tandis que sur Amazon, la moyenne de prix reste à 2€30.

A noter que les prix varient en fonction de la marque. En effet, il est possible de trouver du riz complet sous de multiples versions, selon la variété de riz cultivée. Ainsi, il existe le riz complet catonnais, vietnamien, Basmati, etc. Le choix est bien et bel disponible.

A chacun de décider : riz blanc ou riz complet. Peu importe le choix, chacun de ces types a des avantages culinaires, gastronomiques et ses saveurs propres. Seul le consommateur décide de ce qui lui semble le plus adapté en fonction de l’utilisation qu’il souhaite en faire. Toujours est-il que le riz complet apporte tous les avantages du riz blanc, et plus encore.